Par Roberto Sáenz, Éditorial SoB 435, 17/8/17

Categoría: Français Etiquetas:

La grande tâche est de préparer la contre-offensive contre le gouvernement

“L’engagement avec une vision évolutive du monde [l’auteur se réfère à la théorie matérialiste et dialectique de l’évolution, RS] est un engagement avec l’instabilité et le mouvement constant du système dans le passé, le présent et le futur”. Le biologiste dialectique, Richard Lewontin et Richard Levins).

Le dimanche dernier, Macri a remporté une importante victoire électorale qui ratifie le parcours du pays. Il est vrai que les pourcentages obtenus par Cambiemos et les variantes du Parti Justicialiste (Unité Citoyenne plus le péronisme classique) ont été similaires: 37,6% (8.499.338 voix) vs. 36% (8.137.884 voix).

Cependant, lorsque le gouvernement a gagné à la Capitale Fédérale, à Córdoba et à Mendoza; avec une sorte “d’égalité technique” dans la province de Buenos Aires, plus à une légère défaite à Santa Fe (sans oublier les triomphes «psychologiques» de Cambiemos à Santa Cruz, San Luis et Neuquén, entre autres), ajouté à l’homogénéité politique relative de son vote en opposition à l’hétérogénéité de l’espace péroniste, on peut dire sans aucun doute que Cambiemos a été le grand gagnant du jour. Un fait qui a eu un impact négatif entre des larges secteurs du peuple et parmi le militantisme, entraînant un fort malaise.

Il est vrai que le gouvernement a manipulé la charge de données dans la province de Buenos Aires. Mais il est vrai aussi qu’une défaite avec des plusieurs points de différence était attendue pour le parti au pouvoir dans le district principal; et c’est pour cela que le triomphe de Cambiemos a déclenché l’enthousiasme des patrons qui voient maintenant le chemin “dégagé” pour leurs contre-réformes (on commence même à entendre dire que Macri pourrait atteindre une réélection, mais ceci peut être un peu précipité).

Pour souligner tout cela, une polarisation électorale majeure est attendue en octobre, parce que s’il n’y a pas un changement de la situation, le scénario prévu montre que Cambiemos a plus de terrain pour avancer que les K: pensons-nous aux votes de 1País, qui sont plus enclins au parti au pouvoir, par rapport à la maigre figure de Randazzo sur laquelle Cristina pourrait avancer.

 

C’est dans ces circonstances là que le gouvernement cherchera un accord avec la bureaucratie et les forces de l’opposition patronale (y compris les K) après octobre, afin de mener à bien les contre-réformes du travail, des pensions et des impôts.

Quoi qu’il en soit, il vaut mieux de ne pas se presser: de ne pas être impressionnés. La dialectique des choses indique qu’il y a un secteur énorme qui est dans l’opposition, qui déteste le gouvernement (la somme des votes du kirchnerisme et de la gauche sont dans ce segment); malgré que cette tendance n’est pas devenue dominante au niveau électoral.

Tout au long de l’année, les conjonctures ont changé. En outre, les statistiques électorales renvoient toujours une image déformée où les éléments dynamiques sont dilués; mais ceci ne veut pas dire, cependant, que le triomphe électoral de Macri doive être sous-estimé.

La situation pourrait devenir très sévère; mais la dynamique reste ouverte. L’élection de la gauche, plus bas que prévu, mais certainement pas négligeable, devrait être mis au service de ce que notre camarade Manuela Castañeira a dit pendant la campagne: il faut stopper Macri en promouvant l’unité d’action la plus large dans les rues!

 

Celle-ci est la tâche principale que le militantisme du Nouveau MAS et de la Gauche au Front pour le Socialisme (IFS) avons dans la période à venir; cela, en plus de disputer chaque vote dans les provinces et les municipalités où notre front a réussi à dépasser la limite proscrivent du 1,5%, un triomphe important qui commence à remettre en question le monopole bureaucratique de la représentation de la gauche mené par le FIT jusqu’à maintenant.

Dans l’immédiat, les tâches sont de tout mettre sur la marche organisée par la CGT le 22 août et de redoubler les efforts pour exiger l’apparition en vie de Santiago Maldonado.

 

La victoire de Macri

Dans les endroits de travail, entre les grands secteurs de l’activisme, le triomphe du gouvernement a causé une grande impression. Beaucoup de gens se demandent comment il a pu s’imposer quand il n’est plus une nouveauté, quand tout le monde sait ce qu’il va faire et quand il est clair qu’il gouverne pour les riches.

Mais les choses sont plus complexes. La réalité est que le kirchnerisme a gouverné pendant 12 ans et les blessures sont encore ouvertes avec des larges secteurs. Il a gouverné pendant plus d’une décennie, sans produire aucun changement de fond et, pire encore, il a laissé beaucoup de conséquences négatives typiques de tout gouvernement « nationaliste bourgeois »: la corruption, l’enrichissement au pouvoir, des catastrophes en matière d’infrastructure, etc., des questions sur lesquelles le gouvernement au pouvoir, capitaliste et néolibérale, basse sa campagne. Nous reviendrons sur ceci après.

La crise du lulisme au Brésil, du kirchnerisme en Argentine, la catastrophe du chavisme au Venezuela, etc. sans un débordement de masses vers la gauche révolutionnaire -parce que les conditions ne sont pas révolutionnaires encore- ont produit un rebondissement vers la droite: l’unification de la bourgeoisie et de l’impérialisme derrière ces gouvernements de restauration conservatrice libérale.

Comme nous l’avons dit dans notre déclaration de la nuit du dimanche 13, il était possible que le pays officient comme une « contre-tendance » de cette dynamique régionale conservatrice. Depuis le début de l’année, il avait eu une détérioration du macrisme et une nouvelle conjoncture qui a duré plusieurs mois: mars, avril, mai et juin.

Une nouvelle conjoncture qui a été marquée par la colère croissante à cause de la situation de l’économie et la mise en œuvre d’un vaste secteur d’avant-garde des masses qui a été exprimée dans les rues le 8 mars, dans la grève générale, dans le conflit de l’enseignement dans la province de Buenos Aires et dans la marche contre le 2 x 1 aux génocidaires.

 

Cependant, la situation a changé (démontrant que la situation politique n’avait pas complètement changé). Juillet a été un mois de contre-offensive patronale avec la vague de licenciements et les fermetures d’entreprises comme PepsiCo et plusieurs autres, la campagne officielle réactionnaire sous le couvert du chaos au Venezuela, le cas de Vido comme une excuse pour attaquer à la gauche, la disparition de Santiago Maldonado, etc.

Dans ces pages, nous avons expliqué ce changement et nous nous avons posé des questions sur les conséquences électorales que cette nouvelle conjoncture pourrait avoir. Les résultats sont clairs: dans ces PASO (Primaires ouvertes simultanées obligatoires), les tendances de fond les plus conservatrices se sont imposées (ce qui a affecté partiellement le vote à la gauche aussi [1]), par opposition à la colère qui se développe entre des grands secteurs et qui est également présente.

Cela a été exprimé électoralement dans la majorité des classes moyennes qui, avec des motivations réactionnaires, ont soutenu Cambiemos dans la Capitale Fédérale, dans les municipalités provinciales de Buenos Aires, à Córdoba, à Mendoza, etc. En outre, dans la persistance d’une énorme confusion entre de grandes portions de la classe ouvrière argentine sur lesquelles la campagne hypocrite de Macri de lutte contre la corruption a un grand impact.

À cette division de la classe moyenne (qui n’exclut pas le fait qu’un secteur est plus à la gauche, progressiste, qui a voté à Kirchner et à la gauche), est ajouté un autre problème qui est lié à la manque d’alternatives qui persiste parmi de larges secteurs de travailleurs; notamment parmi les plus concentrés (un phénomène non seulement national mais international [2]).

 

Il est vrai qu’un secteur minoritaire, jeune, avant-gardiste, même ouvrier d’usine est enclin à voter à gauche, ce qui est un phénomène très progressif et qui anticipe des tendances dynamiques futures qui pourraient survenir.

Mais on a encore le problème que la majorité des ouvriers des grandes usines restent confus; on aurait pu attendre que les damnés par l’ajustement, les suspensions et les licenciements se passent vers l’opposition, mais non: une partie des travailleurs ont voté de nouveau à Cambiemos en tant que sous-produit de l’acceptation de la campagne officielle qui déclare: “ils sont tous des voleurs”, “ils ne veulent pas travailler “, etc.

 

La bureaucratie de la CGT, complice pendant toute cette année et demi avec Macri dès son arrivée au pouvoir, qui n’a jamais rompu avec lui, même s’il avait été forcé à appeler à la grève générale en avril dernier, est un réflexe déformé -et super opportuniste, ces traîtres!- de ce parcours.

Ils n’ont jamais dit un mot de passer à l’opposition, et rien pour rompre les liens avec le gouvernement même si maintenant ils ont été obligés d’appeler à la prochaine marche du 22 août, s’ils ne veulent pas être exclus des négociations qui arriveront par rapport aux contre-formes macristes.

 

La défaite de Cristina

L’autre question à poser est: pourquoi Cristina a-t-elle perdu? Il est vrai qu’elle pourrait s’imposer avec les résultats définitifs, cependant, malgré qu’elle gagne la province de Buenos Aires, la sensation qui reste est qu’elle a politiquement perdu, qu’elle reste fragile; il est même possible qu’en octobre, elle perdra l’élection provincial avec une certaine marge.

Il y a plusieurs facteurs à comprendre avec les résultats. Tout d’abord, la difficulté d’apparaître comme alternative après 12 ans de gestion. Douze ans où il y a eu des concessions, mais aucun changement de fond.

 

Ici, le contraste avec les nationalismes bourgeois du dernier siècle est intéressant. Perón a assumé en 1946 et a été déposé avec le coup d’état de 1955; pendant près de 20 ans, les travailleurs argentins ont attendu son retour et l’ont consacré de nouveau en 1973 (uniquement pour mener le gouvernement meurtrier de la «Triple A»).

Mais c’est une autre histoire. Le thème est le caractère durable de certaines conquêtes par rapport au caractère superficiel des concessions au cours de la dernière décennie. Des portions de travailleurs ne semblent pas les évaluer en tant que telles [3].

 

Il faut ajouter que Cristina a fait une campagne presque absente, en se cachant derrière l’Unité Citoyenne; elle a dénoncé l’ajustement, mais d’une manière légère, en insistant sur le fait qu’elle voulait que le gouvernement «se passe bien», sans s’engager sur quelque chose de réel, sauf pour l’appel à une «opposition parlementaire», que personne ne sait ce que cela veut dire.

Pour le reste, elle n’a rien fait contre les licenciements; par le contraire, elle a demandé d’annuler la mobilisation syndicale du 7 août de San Cayetano, elle a contribué à apaiser la conjoncture (même si elle a été brutalement attaquée par le gouvernement avec la campagne de De Vido).

Cristina est une politicienne bourgeoise qui veut récupérer les faveurs des patrons et c’est pour cela qu’elle ne veut pas faire du bruit; et cela met une alerte rouge sur le rôle des kirchneristes quand l’offensive “réformiste” du gouvernement arrive après les élections.

 

L’élection de la gauche révolutionnaire (et la tâche de préparer la contre-offensive contre Macri)

La somme de tous ces facteurs a fini par provoquer le triomphe de Macri. Voici la précision méthodologique qui doit être faite en matière électorale: il est toujours difficile pour des petites organisations comme la nôtre de faire des prévisions électorales  (surtout quand les enquêtes sont toutes déformées!).

Si, au moment des luttes, les secteurs les plus actifs s’expriment –facilement mesurables dans la lutte elle-même– dans les élections tout le monde vote -politiquement actifs et passifs- et l’appréciation de cela est très difficile (sauf si on a des liens énormes avec les masses).

Au cours de la campagne, nous avons identifié dans notre activité un courant de colère exprimé par en bas; nous avons même parlé d’une “vacance politique” que nous avons essayé d’interpeller autour de la sympathie des masses qui ont généré les interventions de Manuela Castañeira.

 

Mais voici deux autres précisions. La première est que, il y a un mois, la conjoncture avait été tournée; nous avons vécu une offensive de licenciements et de suspensions qui ont déclenché des réflexes conservateurs chez les travailleurs.

Le sentiment le plus profond que celà a provoqué – combiné à l’inaction explicite des syndicats! – était la peur; et cela pourrait avoir une manifestation conservatrice au moment de l’élection.

 

D’autre part, alors que nous identifions une colère croissante contre le gouvernement dans les activités de la campagne, nous avons souligné toujours que la «variable indépendante» était le vote ouvrier: peu et rien nous avons arriver à parler des élections dans les usines; le débat politique est resté à un niveau très bas, un problème aggravé par le climat dictatorial subi par la double pression des patrons et de la bureaucratie.

Les secteurs les plus actifs traînent le plus passifs quand les conjonctures sont dynamiques; mais quand cela ne se produit pas, il est possible que les sentiments les plus conservateurs apparaissent, ce qui est un peu ce qui s’est passé dans ces PASO.

 

C’est dans ce contexte là qu’il faut analyser l’élection de la gauche révolutionnaire. Son score a été plus proche d’une élection présidentielle que d’une élection parlementaire: il y a eu très peu de coupures de bulletins. [4]

Le FIT a obtenu à l’échelle nationale environ 3,5% (en ajoutant les votes de toutes ses composantes) et la Gauche au Front pour le Socialisme (IFS) près de 1,2% (en ajoutant ici les provinces où le MST s’est présenté tout seul), une proportion intéressante de 3 à 1.

 

Il est vrai que nous n’avons pas obtenu le plus grand prix: dépasser la limite proscriptive dans la province de Buenos Aires [5]. Cependant, comme l’expérience indique, l’installation de figures représentatives de la gauche dépasse largement le simple résultat électoral.

 

C’est cela qui s’est passé avec Manuela Castañeira, la principale figure nationale de notre front et l’une des principales figures de la gauche aujourd’hui malgré sa jeunesse, une figure qui a déchaîné une grande sympathie entre des larges secteurs des travailleurs, du mouvement des femmes et des jeunes (ainsi que parmi les secteurs qui sympathisent avec le kirchnerisme avec lequel nous devons dialoguer pour collaborer à les faire tourner vers la gauche).

 

Bien sûr, afin de consolider ce développement, nous devons construire notre parti et la Gauche au Front (IFS) dans son ensemble: gagner de la consolidation organique pour notre parti et de la territorialité afin de faire face aux défis futurs avec plus de force.

 

L’installation de notre front est une autre des nouvelles électorales au sein de la gauche. Bien que nous n’ayons pas réussi à accéder aux élections d’octobre dans la Capitale Fédérale -et nous avons un problème de manque de figures qui n’est pas résolu- de toute façon, nous avons dépassé la limite de la proscription presque dans tout l’intérieur du pays -avec des résultats d’importance à Neuquén, à Córdoba, et dans d’autres provinces- ce qui nous permet d’affirmer que notre front a commencé à briser le monopole bureaucratique de la représentation de la gauche que le FIT a eu jusqu’à aujourd’hui; Il est possible que cette élection signifie le début de la fin de ce monopole, et la possibilité de la réouverture de la discussion pour atteindre l’unité électorale de la gauche classiste, une réalisation très nécessaire et importante. [6]

 

En tout cas, et comme Manuela a

dit, la grande tâche est d’arrêter Macri et son ajustement dans les rues. La perspective des 20 ou 30 députés signalée par Del Caño (PTS-FIT) comme l’objectif de la gauche révolutionnaire, en tant qu’idée et politique, a été révélée comme une faillite évidente d’une manière immédiate. Parce que la campagne électorale a été également utile pour promouvoir un débat stratégique au sein de la gauche révolutionnaire et les résultats sont clairs.

 

Alors que nous mettrons tout pour faire une excellente élection dans tous les districts où nous avons dépassé la limite proscriptive, la grande tâche est de construire le nouveau MAS et la Gauche au Front dans son ensemble, en défendant d’une manière intransigeante son caractère d’indépendance de classe et en poussant chaque manifestation de la résistance au gouvernement qui se développe pour passer à la contre-offensive contre Macri.

 

[1] Nous reviendrons sur cette question ci-dessous et dans d’autres notes de cette édition, mais il est évident que les enquêtes pre-électorales parlaient d’un vote général et d’un score plus élevée pour des plusieurs candidats de la gauche, y compris notre camarade Manuela Castañeira, mais cela n’a pas été vérifié. Si la conjoncture n’aurait pas été renversée, si le vote à gauche dans la province de Buenos Aires avait totalisé le 6%, il est très probable que nous aurions dépassé la limite proscriptive.

 

[2] C’est un fait de la conjoncture mondiale orientée vers la droite, comme dans les pays les plus divers -les États-Unis, en passant par la France et même en Grande-Bretagne et d’autres, bien que sans exclure les contre-tendances comme le récent vote à Corbyn- la classe ouvrière montre une désorientation politique-électorale, en plus d’une difficulté persistante pour une ascension de leurs luttes communes.

 

[3] Un exemple limité de ceci est la façon dont le “Football pour tous” est terminé en novembre; un sujet sensible que, dans cette élection, ne semble pas avoir eu de l’importance. Parfois, il arrive que les travailleurs ont besoin d’un sujet dans leur nez pour le prendre en compte: et non seulement les problèmes de «football», mais encore d’autres de plus d’importance!

 

[4] Normalement, les bulletins des élections législatives sont divisés en quatre catégories: sénateurs nationaux, députés nationaux, députés provinciaux et élus locaux, donc il est possible de couper le bulletin pour choisir des candidats des listes différentes, ce qui pourrait favoriser les petis candidats, mais la coupure de bulletins n’a pas été significative dans ces élections.

 

[5] Nous avons déjà souligné qu’avec un vote un peu plus large pour la gauche dans son ensemble, nous aurions dépassé la limite proscrivant; un objectif dont nous sommes restés très proches: à pas plus de 20.000 voix.

 

[6] Nous devons encore attendre pour cela les résultats d’octobre; la circonstance n’est que dans la province de Buenos Aires, le FIT pourrait choisir un nouveau député, mais en perdant les représentations dans tous les autres districts. Cependant, même dans la province de Buenos Aires, en raison de la polarisation qui se déroule, cet objectif est très difficile, donc le problème de l’unité entre les deux fronts, deviendra un problème très urgent.

 

  • Publicaciones de la corriente SoB

  • Elaboraciones estratégicas de la corriente SoB